Close

Pas encore membre ? Enregistrez vous et commençons.

lock and key

Vous connecter à votre compte

Account Login

Mot de passe oublié ?

SC2 – Le Meltdown : le premier BarCraft permanent à Paris

SC2 – Le Meltdown : le premier BarCraft permanent à Paris
 

Si vous êtes un gamer ou un amateur d’eSport et que vous êtes sur Paris, le Meltdown est fait pour vous !

Après avoir créé BarCraft Europe et organisé leur premier BarCraft avec succès, Sophia « Foxy » Metz, qui travaillait dans la pub, et Yann-Cédric « Ashiara » Mainguy, un ancien Community Manager, décident de passer au niveau supérieur. Ils ouvrent le Meltdown, un des premiers BarCraft permanent au monde, au cœur de Paris en mai 2012. Nous avons passé un peu de temps avec eux pour parler du Meltdown, de BarCrafts et, bien sûr, de StarCraft II.

Tout d’abord, pouvez-vous nous dire d’où vient le nom du bar ?
Sophia : Nous savions que nous voulions quelque chose qui rappelle un monde post-apocalyptique et cyberpunk – un thème récurrent dans les jeux vidéo. Un jour, en pleine session de réflexion à ce sujet, un ami nous a suggéré le Meltdown, nom sur lequel nous avons accroché immédiatement.
Yann : Meltdown est le moment précis où le noyau atomique entre en fusion dans une réaction nucléaire. Et cela fonctionne avec l’ambiance que nous voulions pour le bar : un abri dans un monde post-apocalyptique.
Sophia : Un lieu où les résistants se réunissent et survivent. Une sorte de cachette, un lieu à l’abri des regards. Et en plus, c’est le nom d’une carte de Brood War. Donc c’était le nom parfait !

Jouez-vous à StarCraft II ? Si c’est le cas en quelle ligue ?
Sophia : Je joue Zerg et je suis en ligue Diamant
Yann : Je joue Zerg également mais je suis en ligue Or.
Sophia : Tous les employés du Meltdown sont des joueurs. C’est indispensable parce que nos clients le sont également. Ils viennent ici pour parler de leur passion pour les jeux vidéo et nous devons pouvoir en discuter avec eux. Nous sommes d’abord des joueurs, avant d’être des joueurs.

Qui sont vos clients ?
Y : Des gens de tous âges ayant pour point commun la passion des jeux vidéo en général et de l’eSport en particulier. Il est rare que des non-joueurs viennent ici si ce n’est pour accompagner des amis qui le sont.
S : Et nous avons aussi beaucoup de clientes. Ce qui prouve qu’il existe une scène féminine. Les Madmoizergs, une équipe composée uniquement de joueuses, nous rendent visite assez fréquemment.


Regarder ou jouer un match, mais surtout passer un bon moment

Mais on peut quand même venir au Meltdown sans être joueur ?
Y : Bien sûr. Les gens qui viennent trouvent l’endroit chaleureux et il n’est pas nécessaire de regarder ce qui se passe sur les écrans. De plus, les joueurs et les « geeks » ne parlent pas que de jeux. Il n’est donc pas obligatoire d’être un expert en jeu vidéo pour venir ici et passer un bon moment.
S : Les gens ont tendance à associer geek et personne socialement inadaptée. C’est faux. Le Meltdown est un lieu où vous pouvez croiser des gens d’horizons très différents et où vous pouvez facilement vous faire des amis.
Y : Si vous venez ici seul, vous êtes quasi certain de repartir avec des amis.

Parlez-nous un peu plus des « soirées spéciales » StarCraft II…
S : Tous les vendredis, nous organisons un tournoi de StarCraft II. Et même si nous organisons d’autres tournois pour d’autres jeux, StarCraft II reste notre jeu vedette. Nous avons organisé un tournoi « Ramène ton Noob » un soir, où des joueurs de StarCraft II sont venus pour faire jouer des amis à eux qui n’y connaissaient rien.
Y : Chaque semaine, nous organisons au moins un tournoi StarCraft II. Nous avons également des soirées « coaching » grâce à l’aide de joueurs pro et de commentateurs français.


MoMaN, coach d’un soir et le trophée Noob

Avez-vous régulièrement la visite de joueurs pro au Meltdown ?
Y : Presque tous les jours. Ils viennent ici pour se détendre, jouer et passer un bon moment.
S : Nous n’invitons pas de joueurs pro à venir ; ils viennent ici parce qu’ils en ont envie. Nous avons même reçu des joueurs coréens la veille de l’Iron Squid sans avoir été prévenu de leur passage.

Pourriez-vous nous citer les plus célèbres ?
S : La plupart d’entre eux sont Français. Stephano, qui a remporté les WCS Europe Finals il n’y a pas si longtemps, vient à chacun de ses passages dans la capitale.
Y : MoMaN s’est occupé d’une des soirées « coaching ». AureS passe régulièrement et nous avons eu la chance de recevoir MMA, Symbol, NesTea, et d’autres joueurs coréens.
S : Beaucoup de joueurs étrangers, pro ou non, ont entendu parler de nous et le Meltdown est devenu un lieu de passage obligé lorsqu’ils sont en visite sur Paris. Nous voulions devenir une référence pour les amateurs d’eSport et les joueurs du monde entier. Et il semblerait que nous ayons réussi notre pari.


Stephano, aLive, NesTea, MMA, Symbol et des amis

Quels tournois de StarCraft II diffusez-vous et comment les choisissez-vous ?
Y : Nous diffusons les tournois majeurs : les IEM, la MLG, les WCS, le DreamHack Summer, la HomeStory Cup, etc. Nous les choisissons non seulement par rapport à leur importance mais également en fonction de nos horaires d’ouverture et du décalage horaire. Certains soirs, nous pouvons diffuser plusieurs tournois grâce à cela : quand certains finissent en Europe, d’autres débutent aux États-Unis.
S : La notoriété des joueurs qui y participent est un facteur qui a aussi son importance. Et s’il n’y a pas de tournois, on diffuse le flux vidéo de joueurs célèbres. C’est d’ailleurs ce que vous pouvez suivre le plus sur nos écrans.

Que pensez-vous des StarCraft II World Championship Series ?
S : Tout d’abord, nous ne nous attendions pas à ce que cela attire autant de monde. Au Royaume-Uni, par exemple, le nombre de personnes à les suivre étaient tout simplement incroyable. Cela prouve que c’est un pays qui a sa place dans le milieu de l’eSport. Cela a également permis l’émergence de nouveaux talents.
Y : Les WCS ont été très intéressants jusqu’à maintenant. Les joueurs ont fait preuve de beaucoup de talent, même en France où Stephano reste très nettement au-dessus du mot. Nous avons eu l’occasion de suivre de superbes matchs. Et cela a également permis à bon nombre de joueurs de prouver leur potentiel. En France, et j’imagine que c’est également le cas ailleurs, cela a permis de définir une nouvelle hiérarchie dans StarCraft II. Aujourd’hui nous savons qui sont les meilleurs joueurs de chaque pays et ce ne sont pas forcément les plus connus.

Puisque nous parlons des meilleurs, que pensez-vous du fait que le meilleur joueur d’Europe soit Français ?
S : C’est génial d’être enfin reconnu comme un pays majeur de l’eSport. Pendant longtemps, la France était à la traine mais aujourd’hui, grâce à des tournois comme l’Iron Squid, un joueur comme Stephano et un bar dédié à l’eSport, notre pays a une vraie présence sur la scène internationale.
Y : Je suis vraiment fier de voir qu’un joueur français peut atteindre ce niveau, même si nous n’avions pas le moindre doute sur le fait qu’il était largement capable de remporter la finale européenne.

Pensez-vous que Stephano a des chances de remporter le titre mondial ?
Y : Je serais prêt à parier sur sa victoire. Mais, les joueurs coréens sont très bons et il faut compter sur eux.
S : I’ll support Stephano all the way. And most people here will too.

Le Meltdown est décrit comme un BarCraft permanent, pourriez-vous nous donner votre définition d’un BarCraft ?
Y : Un BarCraft est un évènement, dans un bar, où les gens se réunissent pour suivre un tournoi de StarCraft II, de la même façon que vous iriez voir un match de foot. Les tournois majeurs de StarCraft II peuvent attirer beaucoup de monde. Aux États-Unis, certains organisateurs de BarCraft ont réussi à rassembler près de mille personnes pour un seul évènement. Nous n’en sommes pas encore là en Europe mais le phénomène prend de l’ampleur. Le Meltdown est un peu différent.
S : Quand nous avons créé le Meltdown, nous nous sommes effectivement définis comme un BarCraft permanent. Les gens se rendent dans des BarCrafts, un peu partout dans le monde, parce qu’il s’agit d’occasions uniques de se retrouver entre joueurs. Nous n’avons pas ce problème ici puisque nous diffusons des matchs autant que possible.
Y : Et cela reste spécifique à Paris. Nous sommes les seuls à faire cela. Les BarCrafts restent des évènements importants, partout ailleurs.


Si vous êtes un gamer et/ou un fan d’eSport et que vous êtes sur Paris, le Meltdown vous attend !

Pensez-vous que le phénomène BarCraft peut prendre encore plus d’ampleur ?
S : L’eSport et les jeux vidéo deviennent de plus en plus accessibles et grand public. Les gens ne cachent plus le fait qu’ils jouent. Même si notre bar propose de regarder, ou de jouer, à des jeux vidéo tous les jours, ce qui aide à une forme de normalisation, notre but n’est pas nécessairement de devenir grand public. Le Meltdown est un endroit pour les connaisseurs de jeux vidéo, avec ses codes et ses vedettes, comme dans n’importe quel bar dédié au sport.
Y : Nous sommes persuadés que le phénomène va prendre de l’ampleur. Et nous nous demandons sous quelle forme. À notre avis, il y aura de plus en plus d’endroit comme celui-ci en lieu et place de bars qui ne proposent qu’un évènement eSport, de temps en temps.

Travaillez-vous avec des organisateurs de BarCraft ?
S : Nous sommes en contact avec les représentants des BarCrafts allemands. Ils sont passionnés et très motivés. Ils veulent s’investir encore plus dans leur communauté et suivre notre exemple. BarCraft Berlin a créé barcraft-connect, un réseau pour les BarCrafts européens. C’est un lieu où les « acteurs » des BarCrafts se rencontrent en quelque sorte. Nous y partageons des idées, la programmation, les différents évènements, etc. C’est aussi très pratique pur trouver des partenaires et des sponsors pour certains évènements.
Y : Nous sommes en contact avec d’autres BarCrafts depuis le premier jour. Mais aujourd’hui, nous avons franchi un cap, nous avons « professionnalisé » les BarCrafts. Du coup, de nombreuses personnes veulent faire de même et elles nous contactent pour nous demander conseil.

Quels sont vos rapports avec Blizzard ?
S : Les locaux européens de Blizzard Entertainment se trouvent assez près de Paris et des employés nous rendent visite de temps à autre pour se détendre et regarder un match de StarCraft II. Nous utilisons leur image tous les jours, puisque nous diffusons des matchs et des tournois de StarCraft II en quasi permanence. Pour cette raison, Blizzard a suivi notre projet depuis ses débuts et nous a apporté le soutien nécessaire à sa mise en place. Maintenant que nous avons trouvé notre vitesse de croisière, nous avons un retour très positif de la part de Blizzard, ce qui prouve bien leur intérêt pour la communauté de joueurs.
Y : Blizzard encourage et promeut les initiatives qui rapprochent les joueurs, comme les BarCrafts. Tous les employés de Blizzard que nous avons rencontré ici, lors de tournois, sont des joueurs passionnés qui nous ont avoués à quel point ils appréciaient venir à de tels évènements.

Que pensez-vous de l’aventure Meltdown quelques mois après l’ouverture ?
S : Cela représente énormément de travail mais nous sommes ravis. Nous avons eu des retours très positifs. Cela nous donne envie de travailler encore plus dur parce que nous voulions vraiment apporter quelque chose en plus à la communauté de joueurs et eSport et nous pensons que c’est déjà le cas. Notre page Facebook approche des 4000 fans, ce qui est énorme pour un si petit bar. Nous sommes très agréablement surpris et contents.


Yann-Cédric et Sophia (sans oublier Mano)

Quels sont vos plans pour l’avenir ?
S : Nous ne voulons pas agrandir le Meltdown, parce que, même si c’est assez petit, c’est un endroit chaleureux et agréable. Nous voulons ouvrir des lieux similaires à Londres et Berlin ou ailleurs. Cela peut sembler un peu rapide mais la demande de la communauté en Europe est énorme. Et nous serons heureux d’y répondre.
Y : C’est quelque chose que nous devons faire. Nous le devons à la communauté ainsi qu’à nous-même. Nous avons déjà fait franchir un cap au phénomène BarCraft avec le Meltdown et nous avons hâte de nous propulser vers le niveau supérieur.

Informations sur le Meltdown :
Adresse : 32 rue Albert Thomas, Paris, France
Facebook : http://www.facebook.com/MeltdownParis
Site officiel: www.meltdown-paris.com

  1. ChevignoN10-06-12

    Pour y avoir été y a pas longtemps, je vous le recommande, c’est vraiment un bar à l’ambiance gamer. Avec des streaming et des PC pour jouer =)

Laisser un commentaire